Les enjeux à l'œuvre dans le Temps Libre :


Temps de l' enfant de 8 à 14 ans



1- Sommeil 41%
2- Loisirs 33%
3- Trajet et travail personnel 12%
4- Ecole 10%
5- Repas et soins personnels 4%


PRENDRE EN COMPTE LA PLACE DE L'ENFANT , C'EST:

  -Améliorer la vie quotidienne des enfants, des jeunes et de leur famille sur le territoire
-favoriser leur épanouissement, leur socialisation et leur insertion sociale -développer leur autonomie favoriser l'exercice de la citoyenneté
-permettre les rencontres entre adultes et les échanges entre générations
-lutter contre l'exclusion et renforcer la prévention aussi bien auprès des jeunes que des adultes
 
Pour répondre à ces enjeux éducatifs et sociaux, il convient d'appréhender la place de l'enfant d'une manière globale. En effet, aux côtés de la famille et de l'école, le temps libre représente un espace de libre apprentissage et apparaît comme un vecteur privilégié pour développer les capacités créatives, d'initiative et d'anticipation des enfants et des jeunes.
Le temps libre, c'est :
 
-le temps privilégié de la découverte de soi, le temps du développement d'aptitudes propres à chacun, de l'acquisition de connaissances et de compétences particulières, notamment dans les domaines de la culture, du sport, des sciences et des techniques...

-le temps privilégié de la découverte des autres et de la vie sociale. Il permet l'exercice de la citoyenneté, la rencontre avec d'autres systèmes de valeurs, de comportements; permettant aux enfants et aux jeunes de mieux se situer dans le temps, l'espace et la communauté humaine.
 
Au travers d'expériences multiples qui prennent des formes très différentes, où le jeu tient une place importante, le temps libre contribue donc :
 
-au développement psychomoteur et favorise le développement
des capacités à agir,
-au développement cognitif par l'application concrète des connaissances et donc le développement de l'intelligence des situations,
-au développement social par l'apprentissage vécu des rôles, des règles, des principes de l'action collective.
 
Mais en l'absence de régulation publique, c'est un lieu de reproduction et d'accroissement Considérable des inégalités. Au même titre qu'il existe une politique de l'école et de la famille, il apparaît donc aujourd'hui nécessaire
de contribuer à l'émergence d'une politique du temps libre en proposant notamment de nouveaux services accessibles à tous, à proximité.
La loi contre les exclusions mentionne d'ailleurs qu'il est indispensable de mettre en place une politique visant à faire du temps libre un temps choisi pour tous.
 
Cependant, il ne s'agit pas d'isoler le temps libre des autres temps mais bien de lier les espaces Ecole-Famille-Temps libre au regard des enjeux évoqués. C'est de façon complémentaire et convergente que doivent s'articuler ces trois pôles qui rythment la vie de l'enfant et de l'adolescent.
 
D'où l'importance de mettre en relation les institutions, les collectivités locales, les associations et les familles qui, à tour de rôle, les prennent en charge, en veillant à ne jamais déresponsabiliser l'un ou l'autre des co-éducateurs. La dimension locale peut permettre aux institutions publiques et privées de se rencontrer, de s'intégrer dans une dynamique commune et renforcer ainsi le dialogue intercommunal .
 

En terme d'objectifs, deux défis sont donc à relever :
 
-accompagner le temps libre de l'enfant et du jeune par l'organisation d'un temps complémentaire à l'école et à la famille en contribuant à l'émergence de nouvelles réponses dans ce domaine.
 
-inscrire le développement du temps libre de l'enfant et du jeune dans les politiques de développement local.



Le Centre de Loisirs :

 

LE CENTRE DE LOISIRS POUR FAVORISER L'EDUCATION
GLOBALE DE L'ENFANT
 
Le centre de loisirs est un dispositif d'accueil des enfants de 3 à 16 ans, hors du temps scolaire, habilité puis contrôlé par l'Etat dans la mesure où il satisfait à certaines exigences définies par voie réglementaire. Le dernier texte toujours en vigueur aujourd'hui, date du 20 mars 1984. s
Il précise notamment:
 
-que le centre de loisirs est une entité éducative, organisée et habilitée pour " accueillir de manière habituelle et collective des mineurs à l'occasion de leurs loisirs. "
-que le centre de loisirs est défini par l'existence d'un projet éducatif, de normes d'encadrement (nombre, qualité, formation).
 

LES CENTRES DE LOISIRS REPONDENT A TROIS MISSIONS PRINCIPALES
 
L'accueil des enfants dans des conditions matérielles adaptées. Le contrat passé avec les familles au moment de l'inscription, garantit la sécurité morale, affective, physique dans un cadre horaire déterminé et connu de tous. Cette disposition fait du centre de loisirs une structure à vocation sociale au même titre que la crèche ou la halte garderie, indispensable lorsque les deux parents travaillent. Dans les Alpes de Haute Provence, seuls quelques centres de loisirs disposent de locaux spécifiques, prévus et aménagés à cet effet. Les autres utilisent des locaux scolaires ou autres bâtiments municipaux, dans des conditions parfois inacceptables.
 
L'éducation des enfants par l'apprentissage de la vie en collectivité, et la pratique d'activités, dans tous les domaines : travail manuel, découverte de l'environnement, arts et culture, activités de découverte scientifique et technique, activités physiques et de pleine nature, activités sportives. Au delà de l'activité elle-même, les enfants apprennent à élaborer des projets, à gérer leurs initiatives. Ils peuvent aussi participer à la vie économique et sociale de leur localité, s'exercer à une citoyenneté active. Et bien sûr, le centre de loisirs est aussi l'endroit où l'on peut simplement jouer, rêver, vivre avec ses copains, organiser ses vacances et partir ! En ce sens, le centre de loisirs peut avoir un rôle complémentaire à celui de l'école et de la famille.
 
L'orientation des enfants vers les activités proposées par d'autres intervenants. En effet, le centre de loisirs est un lieu d'information des enfants et de leurs familles. ( Propositions de loisirs disponibles sur le territoire, mais aussi informations utiles à la vie quotidienne et à une meilleure prise en charge des besoins de l'enfant).
 

DEPUIS LEUR CREATION CES STRUCTURES SE SONT DIVERSIFIEES.AUJOURD'HUI, SOUS DIFFERENTES APPELLATIONS,
ON PEUT DISTINGUER DEUX TYPES DE CENTRES DE LOISIRS
.
 
Les centres occasionnels, qui fonctionnent principalement au cours des congés scolaires (CLSH, Centre Aérés ).Ils sont souvent encadrés par de jeunes étudiants et lycéens qui trouvent là une manière de s'impliquer dans la vie sociale et de prendre des responsabilités, souvent pour la première fois. Par ailleurs, en milieu rural particulièrement, ce sont des associations qui gèrent et font vivre les centres de loisirs. Elles mobilisent dans la convivialité les parents, les enfants, les jeunes au service de l'intérêt général, contribuant à maintenir ou à développer le lien social entre les habitants de la localité.
 
Les centres permanents qui fonctionnent tout au long de l'année, pendant les temps périscolaires et pendant les vacances. Ces structures nécessitent des moyens permanents (locaux et personnel ). La mise en œuvre des centres permanents engage les organisateurs associatifs ou collectivités locales dans une politique de pérennisation des activités et de professionnalisation des équipes Une nouvelle réglementation, en cours de préparation, pourrait consacrer la dimension professionnelle des centres permanents.
 

LE CENTRE DE LOISIRS, UN OUTILS DE DEVELOPPEMENT LOCAL ET D'AMMENAGEMENT DU TERRITOIRE
 
Une grande partie du département se caractérise par une forte ruralité. L'économie repose sur l'agriculture, les réseaux d'entreprises artisanales ou de petites entreprises, le commerce de proximité, les Alpes de Haute Provence jouit d'une identité territoriale forte, avec de nombreux atouts à faire valoir et des potentialités de développement. Les politiques territoriales en cours ou à venir, devraient renforcer les capacités locales pour y parvenir. Dans ce contexte, l'existence d'un ou plusieurs centres de loisirs de qualité dans un bassin de vie, est un élément déterminant à intégrer dans un projet de développement intercommunal, ce qui est rarement le cas aujourd'hui dans les Alpes de Haute Provence.
 
En effet, le développement territorial comprend le développement économique et donc l'implantation d'entreprises et l'accueil ponctuel (tourisme ) ou permanent de population nouvelle. Or, on sait qu'il est difficile de promouvoir une localité qui ne dispose pas à proximité des services éducatifs, des structures d'accueil pour les enfants, des équipements culturels et de loisirs.
 
D'une part, l'action en faveur du temps libre des enfants, des centres de loisirs en particulier, s'inscrit dans cette perspective, dans la perspective d'une plus grande attractivité des territoires des Alpes de Haute Provence, du développement économique et social local.
 
D'autre part, la gestion associative des centres de loisirs offre des avantages certains qui ne doivent pas être négligés :
 
-Des personnes qui ne sont ni élues, ni représentatives d'un organisme professionnel, ont la possibilité de se mettre ensemble pour construire et faire vivre un projet. Cette possibilité ouverte par la loi 1901 est un espace de liberté et d'initiative irremplaçable qui valorise la personne et l'action collective.
 
-L'association permet la formation des personnes qui la constituent, formation à la vie démocratique, à la méthodologie du projet, à l'initiative, à la gestion, à l'organisation d'activités, à la prise de parole à la négociation, à la communication. La possibilité de s'engager dans une association à titre bénévole, constitue une opportunité de trouver ou de retrouver une utilité sociale pour les personnes inactives ou isolées. L'association a une fonction indéniable de dynamisation et d'insertion, fonction très importante notamment en milieu rural.
 
-L'association permet la formation des personnes qui la constituent, formation à la vie démocratique, à la méthodologie du projet, à l'initiative, à la gestion, à l'organisation d'activités, à la prise de parole à la négociation, à la communication. La possibilité de s'engager dans une association à titre bénévole, constitue une opportunité de trouver ou de retrouver une utilité sociale pour les personnes inactives ou isolées. L'association a une fonction indéniable de dynamisation et d'insertion, fonction très importante notamment en milieu rural.
 
-Enfin le centre de loisirs, surtout dès lors qu'il fonctionne en permanence, l'été, pendant les petites vacances, mais aussi le mercredi et pendant les moments périscolaires, est porteur d'emploi qualifié. Il mobilise des financements extérieurs qui sont injectés dans l'économie locale par les salaires versés, les achats de matières et de services.
 

LE CENTRE DE LOISIRS, UN OUTIL A AMELIORER
 
Afin de remplir complètement son rôle au service des enfants, des jeunes et de leurs familles, le Centre de Loisirs doit évoluer. Dans les Alpes de Haute Provence, une évaluation rapide nécessairement partielle et incomplète, donne quelques indications de priorités :
 
-Améliorer la qualité des équipements
-Améliorer la qualité des projets éducatifs et pédagogiques
-Améliorer le lien entre l'action du centre de loisirs et la vie sociale locale
 
Il n'y a pas de réponse standard à ces trois objectifs. La rénovation des Centres de Loisirs doit être inscrite comme l' une des actions possibles à mettre en œuvre à l'occasion d'une démarche concertée de développement local. Cependant, il est possible de repérer deux constantes majeures : le nécessaire changement du cadre de référence, la recherche d'une plus grande cohérence de l'offre.
 

OPERER UN CHANGEMENT DE CADRE
 
Actuellement le centre de loisirs développe son action dans une structure, auprès de groupes d'âges, en référence à un planning d'activités, avec un adulte référent, parfois à partir d'un support thématique. Les projets éducatifs sont élaborés en référence à des contraintes de fonctionnement, à des exigences de l'environnement.
 
Il faudrait aider le centre de loisirs à développer son action, sur le territoire de vie des enfants, auprès de tous les enfants, en référence à leur rythme de vie, avec une pluralité d'intervenants, à partir d'une diversité de propositions et de formes d'implication. Les projets éducatifs devraient être construits en référence aux besoins des publics sur le territoire, des compétences et ressources disponibles.
 

RECHERCHER LA COHERENCE DE L'OFFRE
 
Actuellement le centre de loisirs est relativement isolé, parfois géographiquement, le plus souvent par rapport aux autres intervenants éducatifs ayant une influence sur l'enfant, pendant et hors temps scolaire. Sur une même localité, on peut trouver une crèche, une halte-garderie, des clubs sportifs, un Centre de Loisirs associé à l'école, une garderie municipale, un centre aéré, des clubs d'activités culturelles, sans qu'aucune réflexion commune ne permette de structurer l'offre, de rechercher les complémentarités et les coopérations possibles ( locaux, personnel, moyens de transport....)
 
En fait, le centre de loisirs pourrait jouer un rôle de "chef de file" en la matière. Il devrait être à l'initiative du projet éducatif local, ou du moins rechercher en permanence la coordination des moyens et des structures au plan local.
 
La rénovation des centres de loisirs constitue un enjeu majeur pour le développement de nouveaux services, de nouveaux emplois, pour l'attractivité des territoires, pour la cohésion sociale. Pour autant, elle ne peut se mettre en œuvre spontanément. Un certain nombre de moyens doivent être mis en place afin de l'initier et l'accompagner.
 

PROPOSITIONS DES FRANCAS
 

POUR FAIRE DU CENTRE DE LOISIRS L'OUTIL PRINCIPAL AU SERVICE DU TEMPS LIBRE DES ENFANTS LES FRANCAS PROPOSENT DE DEVELOPPER
 
-Le conseil aux organisateurs, dans tous les domaines de la mise en œuvre -L'information des divers intervenants
-La réflexion-recherche-action
-La formation professionnelle de l'encadrement, la qualification des divers acteurs( élus associatifs, porteurs de projets, élus locaux…)
-La mise en place des services coopératifs en direction des organisateurs, notamment dans le domaine administratif, comptable, social…
-La mise en place d'une Charte de Qualité qui permettrait de créer un label
 
Si la mise en œuvre du Centre de Loisirs doit être locale, ces moyens d'accompagnement sont à mobiliser ou à créer au plan départemental et pour certain au plan régional.