Du patronage laïque au .. centre aéré

 

 

Du centre aéré .. au centre de loisirs

 

 

Du centre de loisirs .. à l'accueil de loisirs



Reconnu par la loi de juillet 2001 comme un des espaces éducatifs majeurs de notre pays, élément clé des politiques locales d'éducation, le centre de loisirs, tel que nous l’imaginons, participe aux dynamiques visant à éviter l'aggravation des inégalités pendant le temps libre des enfants et des adolescents.
Il démontre son attractivité, la qualité de son ouverture sur l’extérieur et son adaptation aux évolutions de la vie sociale des enfants et des familles dès lors qu'il est :

  • porté par les politiques contractuelles permettant de définir des projets éducatifs pour les enfants et les adolescents,
  • espace de mise en synergie de l’action des professionnels et des volontaires,
  • lieu privilégié de la découverte de la participation.


Lieu d’accueil, le centre de loisirs doit s’ouvrir largement à un grand nombre d’enfants ; il faut le penser comme un lieu attractif ne se limitant pas à la fonction sociale de garde. À partir de ce lieu doit être envisagée l’orientation vers d’autres structures et/ou d’autres activités. Il devient ainsi une véritable plate-forme de rencontres, de découvertes, permettant la mise en vie de projets conçus de toutes pièces par des petits groupes d’enfants ou d’adolescents.

En accordant une place renforcée au jeu, il doit, par ses propositions d'activités, offrir à l’enfant des réponses à ses envies de création, de découverte, de partage, de relation.

 

Centres de Loisirs Educatifs : 12 clés pour grandir à loisir

Des centres aérés aux accueils de loisirs, les centres de loisirs existent depuis cinquante ans sous des dénominations diverses, et sont devenus les structures de référence en matière d’accueil des enfants et des adolescents durant leur temps libre. Leur nombre (33 000 environ) et leur diversité, mais aussi leur capacité d’accueil (3 millions d’enfants par an) et leur adaptation aux différents contextes locaux attestent de leur nécessité.

La contribution de ces structures s’inscrit dans un processus d’éducation, en tant que réponse aux aspirations des enfants et des adolescents et en tant qu’espace de résolution d’enjeux sociaux et culturels auxquels, avec leurs parents, ils se trouvent confrontés. Les Francas revendiquent que soit reconnu ce rôle éducatif des centres de loisirs et proposent aux organisateurs des démarches de réflexion et d’actions intégrant des perspectives sociales, éducatives et culturelles, tant sur le plan des orientations que sur celui des pratiques pédagogiques.

Par leurs propositions et programmes d’action : « l’enfant dans la cité », « la citoyenneté des mineurs » et plus récemment « la place de l’enfant », les Francas contribuent à l’évolution du paysage éducatif. Un grand nombre de démarches territoriales de type « Projet Educatif Local » se sont inspirées de ces propositions, reprenant notamment les trois missions dévolues aux centres de loisirs: l’accueil de tous les enfants du territoire, l’orientation vers les potentialités éducatives de ce territoire, la mise en vie d’activités répondant aux aspirations et aux besoins de ces enfants et de ces adolescents.

Au travers d’un certain nombre d’expériences localisées, réalisées ces deux dernières années dans leur « démarche nationale d’observation », les Francas ont démontré que les centres de loisirs constituent :
- des espaces structurant du temps libre, commun à tous les enfants du territoire,
- des espaces largement ouverts sur la cité, d’accès facilité, notamment au regard des possibilités économiques des familles,
- des espaces générant une offre d’activités éducatives et une offre d’accueil corrélées aux temps de vie des enfants, et si besoin à ceux de leurs parents,
- des « espaces appétissants » où les besoins fondamentaux des enfants et des adolescents sont pris en compte.

Cette démarche nous a permis d’imaginer et de construire les 12 clés pour grandir à loisir que nous vous proposons d’essayer. Elles offrent une base de travail appropriée aux réalités, permettant de démontrer l’intérêt éducatif des centres de loisirs sans rien enlever de la plasticité qui constitue une grande part de leur originalité. 

La Caisse d’Allocations Familiales participe au financement des accueils de loisirs, à travers différentes prestations qui permettent de diminuer la participation financière des familles. Pour connaître vos droits et les services de la CAF des A.H.P, visitez le site de la CAF 04 :http://www.caf.fr/ma-caf/caf-des-alpes-de-haute-provence.

Autre site de la CAF : www.mon-enfant.fr, créé par la Caisse Nationale des Allocations Familiales et ses partenaires nationaux, est là pour vous conseiller, orienter vos recherches et vous aider à trouver la solution d'accueil que vous souhaitez.